Lucien Pemjean - La presse et les juifs


Pemjean_Lucien_La_presse_et_les_juifs.jpg


Lucien Pemjean
La presse et les juifs
Depuis la révolution jusqu'à nos jours

Pemjean_Lucien_-_La_presse_et_les_juifs.zip


Si la presse avait existé du temps d’Ésope, c’est d’elle que le fameux philosophe n’eût pas manqué de dire qu’elle était à la fois la meilleure et la pire des choses.
Aux informations, aux distractions, aux enseignements, aux idées, aux lumières qu’elle offre journellement au public, se mêlent en effet mille faussetés, mensonges, excitations et poisons de toute espèce. Source de vérité, de concorde et de progrès, elle est en même temps une source d’erreur, de désunion et de décadence. Tout dépend de la façon dont elle est comprise et dirigée.
Or, il faut bien le dire, depuis qu’elle existe, depuis qu’elle fonctionne librement, ce sont plutôt de pernicieuses influences qui l’ont guidée. Les mauvais génies du pouvoir et de l’exploitation du labeur humain ont vite réalisé le parti qu’ils pouvaient tirer d’une force susceptible, en façonnant à leur gré l’opinion publique, de servir leurs ténébreux desseins. Ils se sont ingéniés à l’assujettir, les uns par les prébendes et les faveurs, les autres par l’irrésistible instrument de corruption qu’est l’or.
Et c’est ainsi que, graduellement, depuis la Révolution française, la presse, qui a pris chez nous comme ailleurs un développement considérable, s’est presque totalement asservie aux puissances d’argent, à la tête desquelles trône la finance juive.


Les nouvelles éditions française
Les juifs en France Historique et quatre volumes




Archivor

Archivor

184 reads