La Huitième croisade




La Huitième croisade
Libres révélations d’un officier d’état-major britannique
1940


L’an 1095 vit l’inauguration de la première croisade, qui se termina quatre années plus tard par la prise de Jérusalem en 1099. Au cours des deux cents années qui suivirent, six expéditions « chrétiennes » consécutives abordèrent en Palestine et luttèrent avec des succès variés pour la possession de Jérusalem, finalement abandonnée aux musulmans, quand les derniers croisés firent voile d’Antioche en 1291. 625 années plus tard, Jérusalem fut réoccupée par le corps expéditionnaire sous le commandement du général Allenby. Toutefois, en dépit des succès du début et de la campagne victorieuse d’Allenby, cette dernière invasion de la Palestine n’a pas plus rapporté à la Grande-Bretagne qu’elle ne l’a fait pour les croisés ses prédécesseurs ; mais tandis que ces derniers renoncèrent en raison de leurs campagnes abortives, ayant subi eux-mêmes des échecs sur les champs de bataille, la Grande-Bretagne a dû renoncer aux fruits de sa victoire, parce qu’un gouvernement avide et corrompu les avait hypothéqués entre les mains de ses maîtres payeurs, les Juifs. Les soldats d’Allenby ont par conséquent combattu à leur propre détriment, pour une oligarchie étrangère à laquelle ils avaient été vendus, au bénéfice de laquelle et à l’avantage matériel de laquelle la Grande-Bretagne avait sacrifié l’héritage de l’Empire.

Les motifs qui ont empêché cette huitième croisade trouvent leur origine cent années plus tôt pendant les premières dix années du XIXe siècle, mais comme cela constitue le prélude du dernier chapitre de l’histoire du Sionisme, nous y reviendrons à la fin de nos récits et nous commencerons par le commencement.




Archivor

Archivor

264 reads