Auguste Rohling - Le Juif-Talmudiste


Auguste_Rohling_Le_Juif-Talmudiste.jpg

Auguste Rohling
Le Juif-Talmudiste

Rohling_Auguste_-_Le_Juif-Talmudiste.zip


Présenté a la considération de tous les chrétiens par m. l’abbé Auguste Rohling Docteur en théologie et philosophie, professeur à l’université de Prague ouvrage entièrement revu et corrigé par m. l’abbé Maximilien de lamarque. Docteur en théologie, chanoine à Monte Giuliano. Récompense de 10,000 francs, à celui qui prouvera qu’une seule des citations contenues dans cet ouvrage est fausse.
À mes chers frères en Jésus-Christ, Avant de publier cet ouvrage, je tiens à faire la déclaration suivante : Il y a quelques années déjà, que parut à Münster (Westphalie) un ouvrage de M. l’abbé Rohling, intitulé : « der Talmud-Jude ». Le livre fit grande sensation, mais ne jouissait pas d’une longue existence.
La juiverie avec sa formidable puissance, mit tout en mouvement pour en provoquer, de la part des autorités, la prompte confiscation. Comme motif de cet acte de violence, on allégua que le livre contenait quelques erreurs, qui cependant étaient très insignifiantes.
Pendant 10 ans, je me suis donné la peine de soumettre ce livre à un examen approfondi et, après l’avoir entièrement refait et corrigé d’après les sources, je le présente de nouveau à l’attention du peuple chrétien. Ce n’est pas la haine du judaïsme qui m’a poussé à ce travail, mais uniquement la pitié pour mes frères chrétiens. L’étude de la littérature religieuse des juifs, et les expériences que j’ai faites durant mon ministère pastoral de 40 ans, m’ont fait connaître toute l’étendue des grands dangers, que les agissements juifs préparent à la foi et à la fortune de nos frères chrétiens. Je suis vieux et malade, j’attends le moment où j’entrerai dans une vie meilleure. Mais avant de quitter cette vie, à l’heure de ma mort j’éprouverais une consolation indicible, si je pouvais me dire que mes paroles ont servi à convaincre mes frères chrétiens du grand danger, dont leur foi, leur vie, leur honneur et leur fortuite sont menacés de la part de la juiverie.
Abbé M. de Lamarque.
Monte Giuliano, 15 juillet 1888.




Archivor

Archivor

325 reads